Centrale de l’enseignement du Québec

L'école au service de la classe dominante - couverture
L’école au service de la classe dominante

« C’est un mythe de croire que l’école est neutre, qu’elle ne transmet que des techniques et des connaissances objectives. C’est aussi un mythe de croire qu’à l’école tous les enfants ont des chances égales de devenir des citoyens épanouis, autonomes et responsables. L’école est à l’image même de la société capitaliste, qui ne pourrait se maintenir sans l’exploitation du travail de la majorité par une minorité qui s’approprie les moyens de production et contrôle ainsi le pouvoir politique. » C’est sur ces constats que s’ouvre le manifeste de la CEQ, L’école au service de la classe dominante, lequel explore les mécanismes de la reproduction sociale, à la base même de l’école dans la société capitaliste.

Le manifeste s’attache à montrer comment l’école transmet l’idéologie capitaliste, reproduit les inégalités sociales, sexuelles, eth­niques et économiques et réprime toute tentative de modifier les rapports sociaux en imposant la discipline, en maintenant l’ordre hiérarchique, en faisant la promotion de l’individualisme et du productivisme.

Pour Véronique Brouillette, « bien que le contexte du Québec ait beaucoup changé […] que les centrales syndicales utilisent un discours moins idéologiquement marqué […], nous pouvons encore affirmer, que “l’école n’est pas neutre”, que “notre société est bâtie sous le signe du profit” et que “l’école transmet l’idéologie dominante” ». Avec le triomphe du néolibéralisme, ces aspects ont été accentués.

Avant-propos de Lorraine Pagé
Préface de Véronique Brouillette

  • 112 pages
  • Prix : 12,95 $ | PDF 9,99 $
  • Format : 10,5 x 18 cm
  • Septembre 2012
  • ISBN 978-2-923986-46-3