LINCOLN, Abraham

Abraham Lincoln (1809-1865) a été élu à deux reprises président des États-Unis, en novembre 1860 et en novembre 1864. Il est le premier président républicain de l’histoire du pays. Il a dirigé les États-Unis lors de la pire crise constitutionnelle, militaire et morale de son histoire, la Guerre de Sécession, déclenchée à la suite de la ratification du 13e amendement de la Constitution qui a aboli l’esclavage.

Une révolution inachevée - couverture
Une révolution inachevée

Sécession, guerre civile, esclavage et émancipation aux États-Unis

La guerre de Sécession, c’est-à-dire la Guerre civile comme on la désigne aux États-Unis, reste un moment fondateur de l’histoire de ce pays. Dans les oppositions politiques d’aujourd’hui, ne sont jamais absentes les réfé­rences à ce conflit, tant celui-ci a structuré l’imaginaire collectif et son champ politique.

Quand la guerre civile éclate, de nombreux amis de Marx, qui ont émigré aux États-Unis après l’échec des révolutions de 1848 en Europe, s’engagent dans les armées de l’Union pour mettre fin à l’esclavage. Plusieurs seront colonels, généraux, conseillers, élus républicains, agitateurs ouvriers et animateurs de l’Association internationale des travailleurs (Première Internationale). De Londres, dans les colonnes du New York Daily Herald, Karl Marx écrit, commente, juge, soutient Abraham Lincoln, le critique pour ses atermoiements, appuie la libération des esclaves et la confiscation des biens des planteurs, décortique les liens entre l’esclavage et le développement du capitalisme. Il est attentif non seulement aux enjeux du conflit, mais aussi à l’émergence d’un mouvement d’émancipation des opprimées à travers la radicalité du courant abolitionniste de l’esclavage. Le président républicain comme le militant et théoricien communiste comprennent que, derrière la question de l’esclavage et de son abolition, il y a la possibilité de fonder un nouvel ordre social et que cela va déclencher des luttes titanesques, ce dont les États-Unis à la fin du 19e siècle seront le théâtre, notamment avec la reconstruction radicale et sa faillite contre-révolutionnaire, la naissance du Ku Klux Klan et l’imposition de la ségrégation raciale…

La riche introduction de Robin Blackburn, qui constitue à elle seule un ouvrage dans l’ouvrage, offre une mise en perspective des textes présentés et un rappel utile du contexte historique du déroulement du conflit. Bien après l’assassinat de Lincoln et la disparition de l’Association internationale des travailleurs, elle s’intéresse à ses consé­quences dans l’histoire sociale et politique des États-Unis, lesquelles sont trop souvent méconnues des francophones, et nous entraîne sur les traces des pionniers d’une autre Amérique, celle des expéditions anti-esclavagistes de John Brown jusqu’à la répression d’une société en pleine ébullition, qui naît des cendres du conflit.

Introduction de Robin Blackburn

  • 296 pages
  • Prix : 24,95 $ | PDF 18,99 $
  • Format : 15 x 21 cm
  • Mai 2012
  • ISBN 978-2-923986-33-3

Coédition avec Syllepse (Paris)