MARIÁTEGUI, José Carlos

José Carlos Mariátegui (1894-1930) était un écrivain, un philosophe, un journaliste et un militant révolutionnaire péruvien. Sa pensée a marqué durablement les générations postérieures dans tout le continent sud-américain. Il a participé à la fondation du Parti socialiste (qui adhère à l’Internationale communiste – IC) et de la Confédération générale des travailleurs du Pérou. Premier penseur marxiste important en Amérique latine et l’un des esprits les plus inventifs dans l’histoire du socialisme de ce continent, il n’acceptait pas, selon Michael Löwy, la thèse de l’IC (depuis 1927) « selon laquelle une transformation “démocratique bourgeoise et antiféodale” – c’est-à-dire une forme de progrès capitaliste – était une étape nécessaire pour résoudre les problèmes urgents des masses populaires, notamment paysannes, au Pérou. À l’inverse, il considérait la révolution socialiste comme la seule alternative à la domination de l’impérialisme et des propriétaires fonciers ».

Indianisme et paysannerie en Amérique latine - couverture
Indianisme et paysannerie en Amérique latine

Socialisme et libération nationale

La question indienne tout comme la question paysanne sont fondamentales pour tout processus de transformation sociale radicale et de libération de la domination étrangère, qu’elle soit directe ou indirecte, en Amérique latine. Les liens entre indianisme, paysannerie, libération nationale et socialisme sont donc de la plus haute importance pour tout projet d’émancipation.

Les essais d’interprétation de la réalité péruvienne de José Carlos Mariátegui demeurent des textes phares en Amérique du Sud. Dans trois de ses essais, les plus pertinents pour la situation d’aujourd’hui, la « question indienne » est étroitement reliée au « problème agraire ». Les thèses de Mariátegui s’inscrivent dans la perspective d’un marxisme innovateur, loin d’une simple transposition au Pérou du modèle européen. L’auteur et militant péruvien, dont la pensée a marqué durablement les générations successives dans tout le continent, examine la trajectoire particulière du capitalisme dans les pays semi-coloniaux d’Amérique latine, le rôle des classes sociales, lesquelles ont des caractéristiques singulières, la question autochtone et, plus largement, celle de l’identité, sans compter l’avenir du socialisme. Ses essais sont toujours d’actualité.

Le mathématicien et sociologue Álvaro García Linera, qui a été élu vice-président de la Bolivie lors des élections présidentielles de 2005 et 2009, est un théoricien du réveil identitaire indigène comme moteur des mouvements sociaux. Son texte traite de la réalité contemporaine des luttes autochtones. Il ne faut surtout pas minorer le fait que la question indienne est actuellement au cœur du combat écosocialiste, dont les Conférences des peuples sur les changements climatiques et les droits de la Terre Mère de Cochabamba symbolisent toute l’acuité.

Les chercheurs étatsuniens Harry E. Vanden et Marc Becker retracent dans leur préface la vie et l’œuvre de Mariátegui, tandis que Pierre Beaudet examine l’histoire du dialogue souvent difficile, mais nécessaire et perpétuellement renouvelé du socialisme et de la libération nationale.

  • 176 pages
  • Prix : 17,95 $ | PDF 13,99 $
  • Format : 12,7 x 20,32 cm
  • Septembre 2012
  • ISBN 978-2-923986-39-5

Coédition avec Syllepse (Paris)