MOREL, Sylvie

Sylvie Morel est économiste, professeure titulaire au département des relations industrielles de l’Université Laval et membre du collectif Économie autrement. Spécialisée en économie du travail et des politiques sociales, ses enseignements et ses recherches portent sur l’institutionnalisme commonsien et l’économie féministe ainsi que sur les politiques publiques de l’emploi et la sécurité sociale. Elle a, entre autres, publié Les logiques de la réciprocité : les transformations de la relation d’assistance aux États-Unis et en France (Presses universitaires de France, 2000).

Le capitalisme au Canada et la révolution Harper - couverture
Le capitalisme au Canada et la révolution Harper

Le Ca­nada subit une vé­ri­table « ré­vo­­lu­tion de droite » menée par le gouver­nement conservateur de Stephen Harper qui, contre l’État-providence, cherche à démanteler les programmes sociaux et à affaiblir la classe travailleuse.

Selon l’économiste Pierre Beaulne, au cours des trente ans de néolibéralisme, le capital canadien a connu une période faste en s’appropriant une portion accrue des richesses produites. Il s’est redéployé dans l’espace canadien et à l’étranger en se concentrant sur les industries de la finance ainsi que sur celles des ressources énergétiques et minières. Profitant de la mondialisation et tirant parti des paradis fiscaux, tout en contribuant à leur mise en place, ce capital a pris une expansion considérable sur la scène internationale.

Brossant un tableau des politiques économiques du gouvernement Harper à la suite de la crise financière mondiale de 2008, l’économiste Louis Gill montre comment cette crise a été « instrumentalisée » pour accélérer le virage à droite au Canada.

La période faste du capitalisme canadien s’explique entre autres par le recul du mouvement syndical mis à mal par des attaques répétées et souvent victorieuses de la classe dominante. Cette situation se développait depuis plus de deux décennies, mais elle s’est récemment accélérée avec les conservateurs au pouvoir. Ce que mettent en évidence le politologue Serge Denis et, en ce qui concerne l’assurance-chômage, l’économiste Sylvie Morel. 

Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine le tableau inquiétant d’un tout autre régime : un gouvernement autoritaire qui cultive le secret et qui est prêt à tout pour enrichir encore plus l’oligarchie canadienne.

Introduction de Pierre Beaudet.

  • 136 pages
  • Prix : 12,95 $ | 12 € | PDF 9,99 $ |
  • Format : 10,5 x 18 cm
  • Septembre 2014
  • ISBN 978-2-924327-06-7