RAYMOND, Ghislaine

Ghislaine Raymond est politicologue et militante syndicale retraitée du secteur de l’enseignement de la région de Laval.

Le "partenaire social" - couverture
Le « partenariat social »

Sommet socio-économique de 1996, syndicats et groupes populaires

Pendant le « printemps érable », le mouvement syndical n’a pas mobilisé de façon structurée pour appuyer cette lutte sociale d’envergure. Le combat pour une plus grande justice sociale et une meilleure redistribution de la richesse, qui était au cœur des luttes syndicales des années 1960 et 1970, semble désormais hors circuit, au profit d’un « partenariat social » qui donne bien peu de fruits.

Le Sommet socio-économique de 1996 avec son objectif du « définit zéro » a été un évènement charnière dans la mise en place des politiques néolibérales au Québec par le gouvernement du Parti québécois, dirigé alors par Lucien Bouchard, avec l’appui des syndicats qui avaient adopté le « partenariat social » comme orientation stratégique. Ce type de syndicalisme a étouffé toute lutte coordonnée, malgré des mandats de grève, contre les coupes sombres dans les services sociaux et publics, l’éducation et la santé. Le Sommet de 1996 a entraîné l’élimination de 50 000 postes dans la santé, l’éducation et la fonction publique ainsi qu’une réduction des dépenses gouvernementales sans égard aux besoins des citoyennes et à la pérennité des services publics et des programmes sociaux.

Est-ce que le mouve­ment syndi­cal et les groupes populaires n’ont pas avantage à rompre avec le « partenariat social » ? Si ce n’est pas la voie à suivre, alors quelles sont les autres avenues possibles ? C’est à cette réflexion que nous invite cet essai socio­historique stimulant.

  • 184 pages
  • Prix : 13,95 $ | PDF 10,99 $
  • Format : 10,5 x 18 cm
  • Mars 2013
  • ISBN 978-2-923986-69-2