RODOLSKY, Roman

Roman Rosdolsky est né à Lvov, en Ukraine, en 1898. Il a co-fondé durant la Première Guerre mondiale, « la jeunesse socialiste révolutionnaire et internationale de Galicie », d’où sont issus les fondateurs du Parti communiste d’Ukraine occidentale au lendemain de la Révolution russe. Exclu du Parti communiste à la fin des années 1920, il a adhéré à l’Opposition de gauche naissante. Arrêté par la Gestapo en 1942, il a été déporté aux camps d’Auschwitz, Ravensbrück et Oranienburg. Émigré aux États-Unis en 1947, il a découvert dans une bibliothèque un des rares exemplaires des Manuscrits de 1857-1858 de Marx, connus sous le nom de Grundrisse. Cette découverte lui a permis de rédiger son œuvre majeure La genèse du «Capital» chez Karl Marx (Paris, Maspero, 1976), dont seul le premier volume a été à ce jour traduit en français. Il est l’auteur d’un livre intitulé «Friedrich Engels und das Problem der geschichtslosen Völker» (Archiv für Sozialgeschichte, Hanovre 1964), dédié aux victimes de la terreur stalinienne en Ukraine : N. Skruypnik, A. Shumsky, K. Maximovitch. Roman Rosdolsky est mort à Detroit en 1967.

Friedrich Engels et les « peuples sans histoire »

La question nationale dans la révolution de 1848

Dès son essor, le mouvement ouvrier s’est emparé de la question nationale en particulier à la suite du Printemps des peuples de 1848. Parmi les principaux acteurs de la scène politique de l’époque, Friedrich Engels, en complicité avec Karl Marx, s’attache à analyser à la question nationale et produit le concept «peuples sans histoire» qu’il définit comme «des peuples qui dans le passé n’ont pas été capables de constituer des États et n’ont plus suffisamment de force pour conquérir leur indépendance nationale dans l’avenir» opposés aux nations historiques.

C’est de cette conception que nous propose de discuter Roman Rosdolsky dans son ouvrage.

Dans son avant-propos, Benjamin Bürbaumer revient d’abord sur l’étonnant parcours de l’auteur. Ukrainien, tour à tour militant du Parti communiste ukrainien, intellectuel marxiste proche de Léon Trotsky, exilé politique, arrêté par les nazis et déporté à Auschwitz puis à Ravensbrück. ­Libéré, il a rejoint les États Unis où il a mis à jour les Grundrisse de Marx alors inconnus. Il poursuit alors son travail théorique notamment sur la question de la valeur et rédige son œuvre majeure sur la genèse du Capital, dont seule une partie a été publiée en français.
Mais il produit aussi en 1948 une première ébauche de ce livre, car il reste passionné par cette question nationale qu’il a expérimenté dans le vif en Ukraine après la révolution d’Octobre.

Au lieu d’appréhender les racines sociales du mouvement panslaviste, Engels dresse une carte de l’Europe basée sur deux catégories : les «nations révolutionnaires» et les «peuples sans histoire», les premiers étant considérés comme historiquement viables, tandis que les seconds étaient relégués au statut de fragments sans vie du passé, de «ruines». C’est cette thèse que réfute Roman Rosdolsky qui nous propose une étude qui a pour objet l’image que renvoient des mouvements de libération des peuples de l’Empire austro-hongrois dits sans histoire pendant la Révolution de 1848-1849.

L’ouvrage offre également utilement deux contributions complémentaires. La première de ­Gérard Billy, «Appréhender les questions nationales multiformes». Traducteur de l’ouvrage de l’allemand, il introduit le texte de Roman Rosdolsky et revient en détail sur les débats qui ont agité la social-démocratie au début du 20siècle sur la question nationale et la contribution d’Engels. Enfin, cette approche est richement complétée par la contribution de Georges Haupt et Claudie Weill, «Marx et Engels devant le problème des nations», qui contextualise les recherches des deux intellectuels allemands et suit l’évolution de leur pensée notamment sur la question irlandaise et polonaise.

  • Traduction de l’allemand
  • Coédition avec Syllepse et Page 2
  • 382 pages
  • 15 x 21 cm
  • octobre 2018
  • ISBN 978-2-84950-692-9
  • 25 €  | 47,95 $