Fonction publique menacée - couverture

Fonction publique menacée

Le néolibéralisme à l’assaut des services publics, 1981-2011

Quels sont les liens entre les viaducs qui s’écroulent, la corruption endémique, la sous-traitance, les coupes dans l’assistance sociale, le bradage des services de l’État à l’entreprise privée, le pelletage de responsabilités aux municipalités, la dégradation des services aux citoyennes et les politiques néolibérales mises en œuvre depuis une trentaine d’années ? Si les gens sont au fait de certains des effets des politiques néolibérales sur les réseaux de la santé, des services sociaux et de l’éducation, peu connaissent ceux sur les services qui relèvent de la fonction publique. Les informations colligées par Serge Roy, qui a été fonctionnaire pendant plus de trente ans, font dresser les cheveux sur la tête. Non seulement nous informe-t-il amplement sur l’ensemble des mesures prises et sur leurs conséquences, mais il montre, en outre, que la stratégie de ceux qui détiennent le pouvoir économique et politique engendre des catastrophes.

« Paresse, incompétence, coûts élevés », on ne cesse de dénigrer les fonction­naires, ce qui permet aux différents gouvernements, libéraux comme péquistes, de légitimer leurs coupes sombres dans les budgets, de baisser ou de geler les salaires (ou encore, d’accorder des augmentations dérisoires, souvent moindres que l’inflation), de dégrader les conditions de travail, de réduire le personnel, d’enclencher des programmes de « réingénierie » au profit du privé, bref de miner les services à la population, ce qui a de nombreuses conséquences délétères, y compris en ce qui a trait à la sécurité des citoyenNEs.

Selon Serge Roy, les politiques néolibérales mettent en péril la notion même de service public et étiolent la démocratie. Pour faire contrepoids au pouvoir des multinationales, des investisseurs-spéculateurs et des financiers, la fonction publique doit non seulement être maintenue, mais renforcée. Il faut, argumente-t-il, créer un rapport de force permettant d’en prendre collectivement le contrôle ainsi que de la démocratiser.

  • 208 pages
  • Prix : 21,95 $ | 24 € | PDF 16,99 $
  • Format : 15,24 x 22,86 cm
  • Avril 2012
  • ISBN 978-2-923986-36-4
Sortir de l'économie du désastre - couverture

Sortir de l’économie du désastre

Austérité, inégalités, résistances

Inspirés par leurs conseillers économiques, les gouvernements adoptent des politiques qui mènent à un ensemble de désastres : crises successives, spéculations, chômage, plans d’austérité, catas­trophes écologiques, croissance des inégalités et des pauvretés. Pourtant, il est possible de concevoir l’économie autrement et d’envisager des solutions beaucoup plus avantageuses pour la majorité de la population.

Afin d’y parvenir, il faut remettre en question les dogmes du néo­libéralisme largement diffusés dans les grands médias et répétés comme un mantra par les politiciens. Ce livre se veut un outil pour contrer le discours économique dominant. Il en déconstruit les idées sur des sujets aussi fondamentaux que le rôle de l’État, la financiarisation, la tarification, la dette souveraine, le libre-échange, les retraites, les baisses des impôts, l’iniquité salariale, la gestion des ressources et du territoire.

Dans des chapitres clairs et accessibles, des spécialistes analysent les grands enjeux contemporains et lancent des propositions à la fois concrètes et réalisables, permettant d’éviter le piège de l’austérité et d’entrevoir un monde plus égalitaire. Les lecteurs et lectrices ont ainsi à leur portée une riche argumentation, des idées audacieuses qui font la preuve qu’un avenir meilleur peut et doit s’envisager hors de la soumission aux diktats de la finance et des marchés.

Collaborent à cet ouvrage, coordonné par Bernard Élie et Claude Vaillancourt, Pierre Beaulne, Louis Gill, Philippe Hurteau, Josée Lamoureux, Michel Lizée, Sylvie Morel, Normand Mousseau et Ruth Rose.

Réseau pour un discours alternatif sur l’économie

  • 160 pages
  • Prix : 12,95 $ | 12 € | PDF 9,99 $
  • Format : 10,5 x 18 cm
  • Avril 2012
  • ISBN 978-2-923986-27-2
Lettre aux enseignantEs - couverture

Lettre aux enseignantEs

L’école publique va mal ! Les solutions dont on ne veut pas parler.

Véritable antidépresseur, ce livre tire un bilan d’une riche expérience en éducation en milieu défavorisé. Il met en évidence les discriminations sociales et économiques, analyse les taux d’échec et de décrochage scolaire importants, donne des explications à la fois historiques et contextuelles, conteste la prétendue « neutralité » de l’école et propose un changement dans la façon de faire et de concevoir l’éducation pour le bénéfice non seulement des enfants, mais de l’ensemble de la société.

Ce plaidoyer s’adresse à toute personne intéressée à l’éducation et, plus particulièrement, aux enseignantEs qui veulent encore changer le monde même si, au cours des ans, on les a découragéEs de le faire. Il s’adresse aussi aux futures « maîtresses » d’école qui se sont engagées dans l’enseignement avec l’espoir de fournir un avenir meilleur à nos enfants, elles qui, trop souvent, quittent le métier dans les cinq premières années de son exercice.

Écrit avec beaucoup d’humour et d’ironie, cet essai porte un espoir, celui de voir les maîtresses d’école s’attaquer au « désordre établi » dans le dessein de favoriser une majorité de la population plutôt qu’une minorité.

2e édition

  • 248 pages
  • Prix : 24,95 $ – 28 € | PDF 18,99 $ |
  • Format : 15,24 x 22,86 cm
  • Janvier 2012
  • ISBN 978-2-923986-14-2
La crise financière et monétaire mondiale - couverture

La crise financière et monétaire mondiale

Endettement, spéculation, austérité

En réaction à la crise financière, les gouvernements ont mis en œuvre des programmes de relance économique et des mesures de sauvetage d’établissements financiers et de grandes entreprises industrielles. Cela a gonflé leurs dépenses, alors que leurs recettes étaient diminuées par leurs politiques de réduction des impôts des plus riches et des entreprises. Un fort accroissement de l’endettement public en a résulté, ce qui a acculé des pays à une crise de la dette souveraine et menacé les banques créancières.

À peine sauvés de la faillite par les États, de grands établissements financiers ont spéculé contre certains d’entre eux, aggravant le poids du financement de leur dette et les menaçant de défaut de paiement. Des plans d’austérité draconiens ont été adoptés par de nombreux gouvernements pour « rassurer les marchés ». Les services publics de santé et d’éducation sont sous attaque. Les pensions de retraite sont dévalorisées. Le chômage atteint des sommets, le pouvoir d’achat est en baisse. La vaste majorité de la population se voit contrainte de payer la note d’une gestion financière spéculative profitant à une infime minorité. L’enjeu : quelle riposte envisager ?

Ce livre propose une analyse accessible et éclairante des rouages de l’économie financière.

2e édition actualisée, revue et augmentée

  • 172 pages
  • Prix : 12,95 $ | 12 € | PDF 9,99 $
  • Format : 10,5 x 18 cm
  • Septembre 2011 ; janvier 2012
  • ISBN 978-2-923986-24-1