Collection Mouvements

Notre sang. Prédictions et discours sur la politique sexuelle

« La plupart des féministes que je connais qui ont lu Notre sang m’ont prise à part à un moment ou à un autre pour me dire qu’elles avaient une affection et un respect particuliers pour lui. Je crois qu’il représente quelque chose de vraiment beau et particulier. C’est peut-être parce qu’il a été écrit pour une voix humaine. C’est peut-être parce que j’ai dû me battre si fort pour dire ce qu’il contient. C’est peut-être parce que Notre sang a directement touché la vie de tant de femmes. » – Andrea Dworkin

Théoricienne incontournable, écrivaine incomparable et source d’inspiration de plusieurs générations de féministes, Andrea Dworkin demeure plus d’actualité que jamais alors que les femmes du monde entier se mobilisent pour lutter contre la violence masculine qu’elle a été l’une des premières à désigner et à combattre. Cette essayiste maniait comme nulle autre le verbe, l’humour, la colère, l’espoir.

Ce recueil révèle une extraordinaire conférencière qui nous entraîne dans les recoins de la misogynie, du pouvoir masculin, du sadisme et du masochisme sexuels, de la violence, du racisme, de la discrimination. Elle montre les liens qui existent entre l’oppression des femmes, le racisme, le colonialisme, l’esclavage et d’autres formes d’exploitation : « L’histoire de notre pays est une histoire de sang versé. Tout ce qui a grandi ici a poussé dans des champs imbibés du sang de peuples entiers. C’est une nation érigée sur la charogne humaine des nations indiennes. C’est une nation érigée sur le travail, la tuerie et les souffrances d’esclaves. C’est une nation raciste, une nation sexiste, une nation meurtrière. C’est une nation pathologiquement captive d’une volonté de domination. »

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Yeun Lagadeuc-Ygouf et Martin Dufresne

Relecture de Christine Delphy

  • Parution : mai 2021
  • Prix : 19,95 $
  • Pages : 176
  • format : 5 x 8 pouces
  • ISBN : 978-2-924924-29-7
  • DWORKIN, Andrea

    Andrea Dworkin (1946-2005) est connue non seulement pour sa critique de la pornographie, qu’elle rapprochait du viol et d’autres formes de violence contre les femmes, mais également pour son analyse acérée et lucide des rapports sexuels entre les hommes et les femmes.