Collection Militantisme

Survivre à la prostitution

Les voix qu’on ne veut pas entendre. Témoignages

Pendant des siècles, la prostitution n’a existé dans le débat collectif que comme objet de mythes et de fantasmes. Dans le brouhaha d’opinions, d’articles, d’études, de romans et de tableaux évoquant ou étudiant la figure à la fois fascinante et repoussante de la prostituée, il y a un point de vue dont l’absence est aveuglante, c’est celui des premières concernées, les femmes prostituées elles-mêmes.

Les témoignages de survivantes de la prostitution occupent la place d’honneur dans ce livre. Les femmes interviewées abordent bien des aspects invisibles de la prostitution, comme le fait de risquer sa vie tous les jours, d’être recrutées dans la prostitution très jeune, de voir la situation se dégrader dans les pays qui ont légalisé l’activité des proxénètes et des prostitueurs, d’espérer sortir de la prostitution, de se buter à sa modernisation et à son uberisation, mais aussi de subir la violence prostitutionnelle, qui ne se résume pas à ses manifestations les plus évidentes : agressions, viols et féminicides commis par les prostitueurs et les proxénètes. Cette violence, rappellent-elles, est d’abord dans le fait même de subir des milliers de pénétrations non désirées, le plus souvent avec répugnance, de la part d’hommes habituellement méprisants et profondément sexistes. Cette violence quotidiennement répétée laisse inévitablement des séquelles physiques et psychologiques.

Fortes et instructives, ces voix pulvérisent les mythes sur les prostitueurs et montrent comment fonctionne le proxénétisme.

  • Septembre 2020
  • Prix : 29,95 $
  • Pages : 320
  • format : 5,5 x 8,5 pouces
  • ISBN : 978-2-924924-21-1
  • SPORENDA, Francine

    Responsable rédactionnelle du site Révolution féministe, ex-membre du bureau de l’association féministe Les Chiennes de garde, Francine Sporenda, qui est franco-états­unienne, détient un Ph. D. de l’Université du Maryland, avec une spécialisation sur les théories racialistes du 19siècle. Après un passage dans le journalisme, elle a enseigné comme maîtresse de conférences et a été responsable de département à la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins à Washington.