Tisser le fil rouge - couverture
Collection Militantisme

Tisser le fil rouge

Le Printemps érable en Outaouais – récits militants

En 2012, pendant le Printemps érable, la région de l’Outaouais est apparue comme un symbole de la résistance. ConfrontéEs à une première injonction, les étudiantEs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) se sont d’abord barricadéEs à l’intérieur de l’établissement. Les images de la chaîne humaine des professeurEs et des militantEs de la communauté pour empêcher l’escouade anti­émeute de déloger les étudiantEs ont fait le tour du Québec et servi d’inspiration aux professeurEs d’autres établissements d’enseignement. Le lendemain, l’administration de l’UQO était la première au Québec à réclamer la présence policière sur un campus. L’arrestation d’un professeur cette même journée a été dénoncée partout dans le monde (États-Unis, France, etc.).

Pendant la semaine du 17 avril, il y a eu 312 arrestations. Les étudiantEs et les professeurEs du Collège de l’Outaouais et de l’UQO ont fait front commun pour promouvoir entre autres la démocratie étudiante et l’accessibilité aux études supérieures.

Lorsque surviennent des événements aussi troublants et bouleversants, inévitablement les gens qui les vivent cherchent à leur donner un sens. MuseléEs, surveilléEs, désolidariséEs par la judiciarisation, démobiliséEs par les fausses promesses d’une élection, les militantEs ont été appeléEs à évaluer les gains et l’ampleur du travail inachevé. Ces militantEs ont alors entrepris de tirer un fil conducteur de la masse informe des faits, malgré la peur qui, parfois, s’est installée.

Plusieurs textes de cet ouvrage le proposent sous la forme du témoignage, dans un effort de nommer et de rendre publique une expérience déstabilisante. Ces témoignages permettent de garder durablement la trace de ce qu’on risque d’oublier, ils mettent des mots sur l’événement et disent le malaise qu’il a suscité en même temps que les reconfigurations des rôles, des statuts et des attentes des unes et des autres qu’il a déclenchées.

Préface de Normand Baillargeon

  • 272 pages
  • Prix : 24,95 $ | PDF 18,99 $ |
  • Format : 14,6 x 21,95 cm
  • Septembre 2014
  • ISBN 978-2-923986-08-1
  • SINCLAIR, Francine

    Francine Sinclair est professeure au département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais. Elle détient un doctorat en psycho­logie du développement. Dans le cadre de ses recherches, elle observe attentivement les primates humains dans leur milieu naturel, grâce à une expertise développée au Laboratoire d’éthologie humaine de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse à l’émergence des réseaux affiliatifs et des structures de dominance chez les jeunes enfants. Elle a animé avec passion le groupe des Profs contre la hausse de l’UQO.

  • DEMERS, Stéphanie

    Stéphanie Demers est professeure en fondements de l’éducation à l’Université du Québec en Outaouais. Elle s’intéresse à l’éducation comme outil d’émancipation. Elle s’inscrit dans le mouvement de la pédagogie critique qui insiste sur les relations de pouvoir dans les institutions et les pratiques éducatives. 

  • BELLEMARE, Guy

    Guy Bellemare est professeur au département de relations industrielles de l’Université du Québec en Outaouais depuis 1991 et membre du Centre de recherches sur les innovations sociales (CRISES). Il poursuit des recherches sur les innovations et transformations sociales dans le travail et le syndicalisme, en plus de travailler au renouvellement des théories en relations industrielles. Il est conseiller syndical au Syndicat des professeurEs de l’UQO.