LEFRANÇOIS, David

David Lefrançois est professeur à l’UQO|Campus de Saint-Jérôme et chercheur associé au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE). Au cours des dernières années, ses recherches ont porté sur quatre grands thèmes : l’analyse des outils didactiques offerts aux élèves en « Histoire et éducation à la citoyenneté » ; le développement de la pensée critique en histoire ; le transfert des apprentissages dans la pratique politique et communautaire ; la délibération démocratique en classe de sciences sociales. En 2012, notamment, il a codirigé un ouvrage intitulé Didactique de l’univers social au primaire (ERPI).

Agentivité et citoyenneté dans l’enseignement de l’histoire

Un état de la recherche en didactique de l’histoire au Québec

L’histoire comme discipline enseignée à l’école secondaire soulève de vives controverses dans différents milieux. Quels contenus enseigner à l’école ? Quelles finalités et méthodes promouvoir ? Que valent les manuels d’histoire ? Qu’évaluent les examens du ministère en histoire ? Que pensent les enseignant·es d’histoire ? Comment former les citoyen·nes ? De quels outils d’enseignement se servir ?

Cet ouvrage contient les réponses de chercheur·euses en didactique sur ces diverses questions.

Leurs analyses portent sur ce que les enseignant·es pensent qu’il faut faire apprendre aux élèves, sur la manière dont iels se servent des manuels, des jeux vidéo ou d’autres moyens d’enseignement ainsi que sur le potentiel de ces moyens d’enseignement pour développer la « pensée historienne ». Il s’agit d’un concept lié à la démarche d’enquête de l’élève qui, avec de l’aide, travaille avec les sources du passé, en les contextualisant, en les comparant, en les interprétant pour résoudre des problèmes

Les recherches de ce livre ont en commun de soutenir que l’histoire peut aider les citoyen·nes à se conscientiser et à s’émanciper, c’est-à-dire à faire collectivement et consciemment l’histoire, car elle peut apporter à chacun·e des outils de la pensée critique utiles pour se poser des questions sur la vie politique et sociale, y répondre soi-même et en débattre avec rigueur.

Ces recherches peuvent aussi offrir aux enseignant·es en exercice et en formation, ainsi qu’aux personnes s’intéressant à l’histoire et à son enseignement, des outils d’analyse critique des moyens et des méthodes visant à faire apprendre l’histoire aux élèves, à évaluer leurs savoirs scolaires et à en favoriser le transfert dans la vie de la cité.

  • Parution : septembre 2019
  • Prix : 27,95 $
  • Pages : 288
  • format : 5,5 x 8,5 pouces
  • ISBN : 978-2-924924-11-2
Quel sens pour l’histoire ?

Analyses critiques du nouveau programme d’histoire du Québec et du Canada

Pourquoi apprendre l’histoire ? Un grand nombre d’auteurEs, ancienNEs comme modernes, se sont interrogéEs sur la place et le rôle de l’histoire ainsi que sur son enseignement. Depuis 2014, le processus de refonte du programme d’histoire nationale au Québec a intensifié les débats entourant l’enseignement de l’histoire. L’histoire sert-elle à quelque chose ? Le cas échéant à quoi sert-elle ? Et à qui ? Doit-elle cultiver l’habitude de consommation des divertissements de masse, reproduire les traditions, renforcer la cohésion nationale, contribuer à la formation citoyenne, promouvoir la diversité ou une morale particulière ? Sert-elle les élites, les partis politiques ou les exploitées et les opprimées ? Est-elle susceptible d’être véritablement neutre ? D’un autre côté, l’histoire peut-elle être esclave d’un projet politique ? À ce titre, rappelons la mise en garde de l’historien Lucien Febvre (1919) : « L’histoire qui sert, c’est une histoire serve. »

Le regard critique que les cinq auteurEs de cet ouvrage portent sur le nouveau programme québécois d’histoire nationale, au deuxième cycle du secondaire, souligne les visées ambitieuses de son enseignement en tant que discipline intellectuelle favorisant l’enquête autonome, coopérative, méthodique et rigoureuse. Cependant, les auteurEs montrent que la nouvelle mouture de ce programme oscille entre une approche scientifique de l’histoire et une définition de son rôle patrimonial l’associant à la mémoire. Dans ce contexte, le programme affiche-t-il un nationalisme « dense » ou « mince » ? Comment présente-t-il l’histoire nationale et son récit ? Est-ce que les élèves devront apprendre une histoire axée sur la mémorisation ou sur la critique d’un argumentaire ou d’un récit, sur la soumission à l’autorité extérieure ou sur l’autonomie intellectuelle ?

  • Parution : mars 2017
  • Prix : 14,95 $ | PDF : 11,99 $
  • 112 pages
  • Format : 5,5 x 8,5 pouces
  • ISBN : 978-2-924327-62-3